Arts de l'Islam, chefs-d'oeuvre de la collection Khalili (Epuisé) Zoom

Arts de l'Islam, chefs-d'oeuvre de la collection Khalili (Epuisé)

Sous la direction de Michel Frizot, éd Hazan - Musée du Louvre, 400 pages, Relié, Septembre 2009

Sous la direction de Michel Frizot

Réunie à partir des années 1970, la collection d'art islamique de Nasser d. khalili compte aujourd'hui quelque 20 000 objets, souvent des chefs-d'œuvre, qui témoignent de la production artistique dans les pays musulmans du VIIe au XXe siècle. Il s'agit de la collection particulière la plus complète du monde dans ce domaine.

En savoir plus

9782754104012

Disponibilité : en stock

Attention : dernières pièces disponibles !

49,00 €

Rating: 1.3/5 (3 votes cast)

Présentation de l'éditeur : Comprendre et apprécier l'art islamique le vocable " islamique " pourrait faire croire que cet art n'a de finalité que religieuse ; or une large partie de sa production est profane. il est islamique parce que son vocabulaire est partiellement ancré dans la pensée philosophique de l'islam qu'a partagé un groupe de nations adhérant à cette foi ; il ne s'agit pas de l'art d'un seul pays ou d'une seule civilisation. on a dit l'importance prise par la calligraphie, comme moyen de transmission du texte coranique, que l'on rencontre sur toutes les échelles et tous les supports. on a souligné l'emploi permanent dans le répertoire décoratif du rinceau, de l'arabesque et de l'entrelacs. on a insisté sur la répugnance envers la représentation figurée, d'hommes et animaux, alors que le hadîth (la tradition du prophète) ne la réprouve que dans un contexte religieux, manuscrits du coran et mosquées. l'art de l'ère islamique se forge dès le VIIe siècle (l'année 622 est celle de l'hégire durant laquelle le prophète Muhammad quitte la Mecque pour s'installer à Médine ; deux siècles après sa mort en 632, l'islam a gagné l'Espagne à l'ouest et l'Afghanistan et le nord de l'inde à l'est). d'abord sous l'emprise des traditions byzantine de l'occident et sassanide de l'orient, il s'affirme dès le VIIIe siècle avec l'avènement de la dynastie abbasside qui règne sur un vaste empire depuis Bagdad, sa capitale. l'éclatement du pouvoir, notamment sous la pression des turcs et des mongols, va dès le XIIIe siècle faire naître des styles variés jusqu'à nos jours, l'art islamique perdurant par-delà l'aube du XIXe siècle, contrairement à une idée reçue. c'est à partir de la fabuleuse collection d'art islamique de Nasser d. khalili que le parcours de l'exposition propose trois entités distinctes, chacune avec son atmosphère particulière. " foi, sagesse et destinée " témoigne de la relation entre l'art et le sacré ; " l'atelier des mécènes : califes, émirs, khans et sultans " rend compte du développement des arts de cour qui élaborent les modes du paraître et accessoirement servent de modèles à la société civile ; " un univers de formes et de couleurs " explore le foisonnement de la création pour la satisfaction des sens, comme un avant-goût du paradis. la collection de Nasser d. khalili réunie à partir des années 1970, la collection d'art islamique de Nasser d. khalili compte aujourd'hui quelque 20 000 objets, souvent des chefs-d'œuvre, qui témoignent de la production artistique dans les pays musulmans du VIIe au XXe siècle. il s'agit de la collection particulière la plus complète du monde dans ce domaine. son fondateur croit fermement qu'une connaissance fine de cet art est la clef pour la compréhension des cultures de l'islam qui, selon les époques, ont prévalu de l'Espagne à la chine. en rendant sa collection accessible au public le plus large possible, il dépasse le plaisir personnel de la quête des objets et de leur étude scientifique pour en faire un moyen de lutte contre l'intolérance. par ses origines, son ambition est également de promouvoir l'apaisement et la compréhension mutuelle entre juifs et musulmans ; il est d'ailleurs co-fondateur et président de la fondation Maimonide qui œuvre en ce sens. amplement étudiée et publiée, la collection ne dispose pas encore d'un lieu de présentation permanente. d'où l'idée de l'itinérance d'une sélection de 471 pièces - manuscrits, tentures et tapis, céramiques et verres, métaux et orfèvrerie, bijoux et laques, boiseries et pierres dures - qui montrent et expliquent qu'est ce que l'art islamique. après l'australie et les émirats arabes unis, sa présentation à l'institut du monde arabe est une première en Europe. mots clés : islam, Bagdad, Iran, chine, Espagne, abbassides.

Collectif sous la direction de Michel Frizot. Michel Frizot est directeur de recherche émérite au CNRS (EHESS). Il a enseigné l’histoire de la photographie à l’université Paris IV-Sorbonne et à l’école du Louvre, à l’école des Hautes études en sciences sociales. De 1982 à 1990, il a été chargé de mission au Centre national de la photographie. Il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur la photographie, dont Histoire de Voir, 1989, Etienne-Jules Marey chronophotographe, 2001, Le Scrapbook d’Henri Cartier-Bresson, 2006, Photo trouvée, 2006, VU, le magazine photographique, 1928-1940, 2009. Il a également dirigé la rédaction de l’ouvrage collectif La Nouvelle histoire de la photographie, 1994 (A New History of Photography, 1998). Il a été le commissaire de la rétrospective “André Kertész” au Jeu de Paume en 2010, et le co-auteur du livre catalogue (Hazan, éd. français, anglais, allemand). Il est l’auteur de Toute photographie fait énigme (Hazan, 2014).

Du même auteur

Voir plus

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Arts de l'Islam, chefs-d'oeuvre de la collection Khalili (Epuisé)

Arts de l'Islam, chefs-d'oeuvre de la collection Khalili (Epuisé)

Réunie à partir des années 1970, la collection d'art islamique de Nasser d. khalili compte aujourd'hui quelque 20 000 objets, souvent des chefs-d'œuvre, qui témoignent de la production artistique dans les pays musulmans du VIIe au XXe siècle. Il s'agit de la collection particulière la plus complète du monde dans ce domaine.

Donner votre avis