La Palestine expliquée à tout le monde

 
La Palestine expliquée à tout le monde
 

La Palestine expliquée à tout le monde

Fait d’actualité le plus médiatisé au monde, le conflit israélo-palestinien suscite débats et oppositions. Mais qui comprend réellement le nœud du problème ? Qui connaît l’histoire de ce mince espace géographique, où s’affrontent un état et un peuple ? La Palestine expliquée à tout le monde  d’Elias Sanbar apporte sur ce sujet un éclairage décisif.

   L’ouvrage vient à point nommé à la fois clarifier et recentrer les données fondamentales sur ce conflit. Le livre, conçu sous la forme d’un dialogue, rappelle les grandes lignes de l’histoire contemporaine de la région, le parcours du peuple palestinien, les réactions des forces politiques en présence des deux côtés. Son auteur, né à Haïfa, est un connaisseur reconnu de la Palestine : écrivain et traducteur, fondateur de la « Revue d’Études Palestinienne », il est également professeur d’université et ambassadeur de  la Palestine auprès de l’UNESCO. 
   Son livre rappelle avec force quelques grandes évidences historiques oubliées de tous. D’abord que le conflit n’est pas religieux mais politico-militaire : il s’agit d’une guerre opposant un peuple que l’on a dépossédé de sa terre à un état colonial et ségrégationniste. Ensuite que la Palestine fut pendant de nombreux siècles un espace de convivium pour un peuple appartenant aux trois grandes religions, partageant une culture commune, palestinienne : c’est le mouvement sioniste et l’Angleterre qui créeront, volontairement et par stratégie, les conditions d’une opposition entre juifs, musulmans et chrétiens. L’ouvrage rappelle également l’aberration soutenue par le mouvement sioniste faisant des Palestiniens, peuple autochtone, des usurpateurs et les Juifs d’Europe les  vrais propriétaires de cette terre après un exil de plusieurs millénaires. E. Sanbar conte enfin l’histoire d’une injustice entérinée par le droit international : l’ONU qui offre la moitié de la Palestine à la minorité juive (10 % de la population de l’époque) ; au nom des violences faites aux Juifs par l’Europe et la Russie pendant plusieurs siècles, les Arabes, à qui on avait promis un grand royaume de la Syrie jusqu’au Liban pour leur soutien aux Anglais contre les Ottomans, doivent payer une dette pour des crimes dont ils sont innocents. L’Europe devait ainsi décharger sa mauvaise conscience sur le peuple palestinien, sommé de céder sa terre pour pardonner l’antisémitisme des autres...
   L’ouvrage, enfin, est l’occasion d’un regard d’ensemble sur le « siècle palestinien » : la réalité de l’exil d’une population expulsée par l’armée juive (60 % des Palestiniens vivant dès 1948 dans les 57 camps de réfugiés répartis dans les pays alentours) ; le déni de la réalité de l’existence d’un peuple palestinien ( « Les Palestiniens n’existent pas, ils n’ont jamais existé » résumera le Premier ministre israélien Golda Meir, [p. 42]) ; la place de ce peuple dans les mouvements politiques arabes ;  l’histoire du processus de paix, vécu par tous comme un reniement (les délégués palestiniens, en larmes, devant « accepter que notre État ne soit pas édifié sur la totalité de la terre natale. […] la terre où se trouve la maison de mes pères ne sera plus jamais mienne » [p. 74]) ...
 
   Ce livre, au petit format, offre donc avec clarté les clefs indispensables pour la compréhension du conflit. Dans l’esprit de cet ouvrage militant et vrai, votre librairie « Les Lumières d’Orient » reversera la moitié des bénéfices des ventes de celui-ci pour le parrainage d’orphelins palestiniens (via le CBSP).

Acheter le livre
 
Partagez cette newsletter par email et sur les réseaux sociaux :
Email
Facebook
Twitter
LinkedIn