Le Djihad et la Mort Zoom

Le Djihad et la Mort

Roy, Olivier, éd Seuil, 167 pages, Broché, Octobre 2016

Roy, Olivier

Mohammed Merah reprendra la phrase attribuée à Oussama ben Laden et systématiquement reprise avec des variantes : " Nous aimons la mort, vous aimez la vie. " La mort du terroriste n'est pas une possibilité ou une conséquence malheureuse de son action, elle est au cœur de son projet...

En savoir plus

9782021327045

Disponibilité : en stock

Attention : dernières pièces disponibles !

16,00 €

Rating: 3.2/5 (6 votes cast)

Les tueries effroyables de janvier et plus encore de novembre 2015, maintenant celle de Bruxelles, ont déclenché une intense "guerre des interprétations". Pour Olivier Roy, c'est avant tout leur dissidence sociale, folle et violente, que des jeunes de la deuxième génération d'immigrés, rejoints par des convertis, expriment en rejoignant une cause sanglante, sanguinaire, qui risque de se transformer très vite en cauchemar.
Selon une formule de novembre 2015, devenue aussitôt célèbre, il faut plutôt parler d'"islamisation de la radicalité", une radicalité appuyée sur une connaissance quasiment nulle de l'islam et du Coran, même s'ils n'ont que ces mots à la bouche. Le phénomène ne touche qu'une frange des jeunes d'origine musulmane ou convertis : quelques milliers sur des millions. C'est une génération en rupture avec les parents, elle fréquente peu la mosquée (et n'est donc pas touchée par les prêches d'imams radicaux), elle ne connaît pas grand-chose au Coran.
Beaucoup ont mené une vie de jeunes désoeuvrés, avant de se convertir à l'islam le plus radical, souvent pendant un passage en prison. Leur rupture avec la société occidentale devient un nihilisme - auquel le "califat" de Daech, sa violence et ses promesses de paradis, offre une issue "noble", celle de héros et de martyrs. Le livre décrit cette planète, restreinte mais habitée par un ressentiment extrême, établie dans une toute puissance mortifère, prétendant représenter le "vrai islam", l'islam conquérant des origines galvaudé par leurs parents, surtout en Occident mais aussi dans les pays d'islam.
C'est une volonté de revanche qui affirme sa toute puissance par des armes de terreur et des méthodes militaires. Une idéologie sommaire du "martyre" des héros de l'islam morts à la guerre et promis au paradis fait le reste.

  • Auteur(s) Roy, Olivier
  • Editeur Seuil
  • Date de parution Octobre 2016
  • Collection Débats
  • Hauteur (mm) 186
  • Largeur (mm) 133
  • Epaisseur (mm) 16
  • Poids (g) 200
  • Format Broché
  • Langue Français
  • Pages 167

Olivier Roy est directeur de recherche au CNRS et directeur d'Études à l'EHESS (équipe « Domaine Turc »). Agrégé de philosophie (1972), diplômé de l'Institut National des Langues et Civilisations Orientales (en persan), il a obtenu son doctorat de science politique en 1996 (FNSP) et une habilitation à diriger des thèses en 2001. Il est consultant au Centre d'Analyse et de Prévision du Ministère des Affaires Étrangères depuis 1984. Olivier Roy a de plus été représentant spécial de la Présidence de l'OSCE au Tadjikistan (juillet à novembre 1993) puis Chef de mission de l'OSCE au Tadjikistan (février-novembre 1994). Il a notamment enseigné à l’Institut d’Études Politiques de Paris, et dirige depuis 2009 le programme Méditerranée de l’Institut universitaire européen de Florence, où il a également dirigé de 2010 à 2015 le programme « ReligioWest ». Politologue et spécialiste de l’islam, il est l’auteur de nombreux ouvrages sur le sujet, dont, au Seuil, L’Échec de l’islam politique (1992), Les Illusions du 11 septembre (2002), L’Islam mondialisé (2002), En quête de l’Orient perdu (livre d’entretiens avec Jean-Louis Schlegel, 2014), ou encore Le Djihad et la mort (2016).

Du même auteur

Voir plus

Voir plus

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Le Djihad et la Mort

Le Djihad et la Mort

Mohammed Merah reprendra la phrase attribuée à Oussama ben Laden et systématiquement reprise avec des variantes : " Nous aimons la mort, vous aimez la vie. " La mort du terroriste n'est pas une possibilité ou une conséquence malheureuse de son action, elle est au cœur de son projet...

Donner votre avis