Les trois dames de la Kasbah (Epuisé) Zoom

Les trois dames de la Kasbah (Epuisé)

Loti Pierre, éd Editions du Layeur, 90 pages, Relié, Novembre 2001

Loti Pierre

Pierre Loti se rend pour la première fois en Algérie en 1869, son premier séjour à Alger ne durera qu'une dizaine de jours. Mais Loti y séjournera par quatre fois. Il y revient pour la seconde fois au printemps de l'année 1880. La physionomie de la ville a considérablement changé, les constructions européennes se sont multipliées et une partie de la basse Kasbah a été détruite...

En savoir plus

9782911468678

Disponibilité : en stock

Attention : dernières pièces disponibles !

29,00 €

Rating: 2.0/5 (1 vote cast)

Pierre Loti se rend pour la première fois en Algérie en 1869, son premier séjour à Alger ne durera qu'une dizaine de jours. Mais Loti y séjournera par quatre fois. Il y revient pour la seconde fois près de dix ans plus tard, au printemps de l'année 1880. La physionomie de la ville a considérablement changé, les constructions européennes se sont multipliées et une partie de la basse Kasbah a été détruite. Pourtant ce qu'il reste de la cité millénaire se détache toujours en un triangle blanc sur le paysage. C'est pendant ce séjour que trois femmes musulmanes lui rendent visite sur le bateau. Elles lui inspireront le thème d'une étonnante nouvelle, Les trois dames de la Kasbah. Ce texte paraît en novembre 1882 dans un recueil de nouvelles intitulé Fleurs d'ennui. Ce court récit qui s'annonce comme un conte oriental avec promesses de dépaysement, de rêve, de sensualité, bifurque soudain, s'amuse à nous perdre et se transforme en conte cruel. Sans doute Loti vient-il en aide au lecteur, dans le dernier chapitre, en cherchant à le détendre par une pirouette, un clin d'œil ; sans doute veut-il par là le rassurer, lui confirmer qu'il ne s'agissait, somme toute, que d'un amusement. Mais la qualité de la nouvelle tient dans ce mélange de fiction et de réel, de dépaysement et de naturalisme, dans une maîtrise du récit qui rend le propos moins anodin qu'il ne voudrait paraître ; laissant percevoir comme une métaphore sur l'Histoire en train de s'écrire sur les bords de la Méditerranée. Près d'un siècle après la première édition illustrée des Trois dames de la Kasbah, voici une nouvelle édition, illustrée de photographies originales de la fin du XIXe siècle provenant du fonds photographique de M. Mohamed-Sadek Messikh.

  • Auteur(s) Loti Pierre
  • Editeur Editions du Layeur
  • Date de parution Novembre 2001
  • Hauteur (mm) 280
  • Largeur (mm) 205
  • Epaisseur (mm) 12
  • Poids (g) 600
  • Format Relié
  • Format bis Couverture cartonnée
  • Langue Français
  • Pages 90
  • Illustrations/Photos Collection Messikh

Louis Marie Julien Viaud dit Pierre Loti, né le 14 janvier 1850 à Rochefort et mort le 10 juin 1923 à Hendaye, est un écrivain et officier de marine français.

Pierre Loti, dont une grande partie de l'œuvre est d'inspiration autobiographique, s'est nourri de ses voyages pour écrire ses romans, par exemple à Tahiti pour Le Mariage de Loti (Rarahu) (1882), au Sénégal pour Le Roman d'un spahi (1881) ou au Japon pour Madame Chrysanthème (1887). Il a gardé toute sa vie une attirance très forte pour la Turquie, où le fascinait la place de la sensualité : il l'illustre notamment dans Aziyadé (1879), et sa suite Fantôme d’Orient (1892).

Pierre Loti a également exploité l'exotisme régional dans certaines de ses œuvres les plus connues, comme celui de la Bretagne dans le roman Mon frère Yves (1883) ou Pêcheur d'Islande (1886), et du Pays basque dans Ramuntcho (1897).

Membre de l'Académie française, il est enterré à Saint-Pierre-d'Oléron sur l'île d'Oléron dans le jardin d'une maison ayant appartenu à sa famille après des funérailles nationales. Sa maison à Rochefort est devenue un musée.

Du même auteur

Voir plus

Aucun avis n'a été publié pour le moment.

Donner votre avis

Les trois dames de la Kasbah (Epuisé)

Les trois dames de la Kasbah (Epuisé)

Pierre Loti se rend pour la première fois en Algérie en 1869, son premier séjour à Alger ne durera qu'une dizaine de jours. Mais Loti y séjournera par quatre fois. Il y revient pour la seconde fois au printemps de l'année 1880. La physionomie de la ville a considérablement changé, les constructions européennes se sont multipliées et une partie de la basse Kasbah a été détruite...

Donner votre avis