Saâdi, Muslih al-Dîn

Muslih al-Dîn est né en Perse, à Chirâz, vers 1200. Il fut l'un des plus grands poètes persans de l'époque médiévale. Son surnom de Saâdi signifie «lieutenant de Saad», de sa'da, qui signifie «être heureux». Issu d'une famille de théologiens, il étudie à Bagdad dans l'une des plus prestigieuses universités d'Orient. Il voyage ensuite en Irak, en Syrie et au Hedjaz, où il entreprend plusieurs pèlerinages à La Mecque. Vers le milieu du siècle, il s'installe à Chirâz. Il y achève dans les années 1257-1258 la rédaction de ses deux recueils d'anecdotes et de réflexions morales les plus connus : le Bûstan (Le Jardin des Fruits) et le Gulistân (Le Jardin de roses), cette dernière ouvre, traduite dès 1634, ayant initié l'Occident à la poésie persane. Selon Dawlatchah, un de ses biographes, Saâdi aurait consacré trente ans de sa vie à l'étude, trente ans aux voyages et trente ans à méditer et à écrire. Il meurt aux alentours de Chirâz vers 1292.