Kalâbâdhî, Abû bakr

Abū Bakr Muhammad b. Ishaq b. Ibrahīm al-Hanjī al-Bukhārī al-Kalābādhī. On sait peu sur lui sinon qu’il fut juriste. D’origine persane, il est peut-être né en 925 à Boukhara où il passa sa vie et mourut aux environs de 990 et où sa tombe est toujours honorée.

Il exposa dans les 75 chapitres de son Kitab at-ta’arruf li-madhhab ahi al- Taṣawwuf les fondements de la doctrine des soufis. Le livre s’articule en cinq parties : une introduction générale sur le sens du mot « soufi » et une énumération des grands maîtres spirituels ; un exposé des dogmes de l’islam du point de vue du taṣawwuf; un sur les « stations » (maqāmāt) spirituelles ; et un sur les différents phénomènes du soufisme. Il y réhabilite la valeur spirituelle des rythmes musicaux et du sama‘, le concert spirituel. Il est un des premiers à tenter de réconcilier la doctrine des soufis et l’islam exotériste. Il fit autorité en son temps et demeure très estimé des musulmans. Son ouvrage fut traduit en anglais en 1935 par J. Arberry sous le titre The Doctrine of the Sufis by al-Kalabadhi.