Vâlsan, Michel

Vâlsan, Michel

Diplomate roumain, il s’établit à Paris à la fin des années 30. Sa relation suivie avec René Guénon le conduit à Frithjof Schuon (Cheikh ‘Isâ Nûr al-Dîn) auprès duquel il entre en islam et se fait rattacher au Soufisme, sous le nom de Mustafâ ‘Abd al-‘Azîz. En sa qualité de traducteur des écrits d’Ibn ‘Arabî, il devient un contributeur éminent des Études traditionnelles, revue fondée sur l’œuvre de René Guénon. À partir de 1961 jusqu’à son décès en 1974, il assure la direction de la revue. Un recueil de ses principaux articles a été publié sous l’intitulé L’Islam et la fonction de René Guénon (Éditions de l’Œuvre, Paris, 1984).